Le blog 2008/2009

​Vivement Dimanche ?

mercredi 8 juillet 2009

Travailler le dimanche est-il le rêve des Français ? Bien-sûr que non. Nicolas Sarkozy et son gouvernement, en voulant à tout prix faire évoluer le droit français s'agissant du traditionnel repos dominical, font preuve d'un acharnement idéologique bien loin du pragmatisme annoncé à longueur de jours dans les médias.
Le repos dominical est bien plus qu'un acquis social. Et c'est incontestable. Le repos du dimanche, tout comme la réduction du temps de travail correspond à la nécessaire construction d'une société plus libre, plus humaine où les contraintes sont allégées pour le bonheur de chacun. La société idéale que l'on peut défendre n'est sans doute pas une société où l'effort n'est pas récompensé. Cette société idéale n'est pas non plus une société où l'on contraint les individus à travailler le dimanche parceque l'Argent le commande.
Les dernières déclarations du ministre du tourisme Hervé Novelli sont véritablement affligeantes. En laissant imaginer que tous les salariés travaillant le dimanche allaient être payés le double, puis en laissant imaginer exactement l'inverse, l'ensemble du dispositif législatif proposé a démontré son incohérence et son injustice totale.

Richard VALENTE

​Quel avenir pour les missions locales  et les jeunes ?

lundi 29 juin 2009

Les missions locales ont ce "quelquechose" de particulier : elles concentrent toutes les énergies pour faciliter l'insertion sociale et professionnelle des 16-25 ans sortis de l'école. Elles s'appuient sur des partenaires, un territoire, et une approche globale visant à tenir compte de tous les freins possibles et imaginables dans un parcours d'insertion (cf. l'emploi, l'orientation, la formation, l'image de soi, la santé, le logement ...). 

Les politiques liées à la jeunesse, à l'emploi et la formation sont actuellement amenées à évoluer pour créer une meilleure offre en direction des publics.

Soyons clair, une démarche menée à terme de fusion des Maisons de l'Emploi et de la Formation et des Missions Locales aurait pour très claire conséquence la fragilisation du réseau des missions locales créé en 1982 à la suite de la rédaction du rapport "Schwartz" sous l'impulsion de Pierre Mauroy.

D'une part, une fusion juridique MEF-Mission Locale et autres structures liées à l'insertion et l'emploi transforme les missions locales en simple "service" en direction des jeunes à l'intérieur des MEF. L'entité juridique "mission locale" en disparaissant entraîne automatiquement une fragilisation du réseau national des missions locales. Pourtant, les missions locales font partie du Service Public de l'Emploi et ont 27 ans d'existence ! Elles ont pu démontrer leur caractère incontournable pour contribuer à la réussite sociale et professionnelle des jeunes âgés de 16 à 25 ans et sortis du système scolaire.

D'autre part, les Maisons De l'Emploi, et Maisons de l'Emploi et de la Formation actuelles sont encore plutôt mal identifiées et ne sont pas dotées de moyens aussi importants que les missions locales. Cette fragilité des MDE/MEF laisse imaginer une probable charge complémentaire pour les missions locales.

La fusion de ces structures laisse prévoir de nouvelle sources de difficultés liées à l'offre de services. Si l'on imagine un nouveau service de l'emploi et la formation accueillant un public jeune et adulte, des moyens complémentaires doivent être octroyés à la nouvelle structure. Cette nécessité doit être encore plus vitale si l'on souhaite proposer une offre de services "commune" mettant en avant l'approche globale.

La réflexion de la Région et de l'Etat visant à permettre une meilleure prise en compte des publics, et notamment les plus fragiles, est bien-sûr à encourager. La Maison de l'Emploi et de la Formation à imaginer est une piste intéressante. Mon ancienneté dans le réseau, me laisse penser que cette maison - pour être efficace - doit regrouper les acteurs utiles à l'insertion socio-professionnelle des publics. Elle doit aussi permettre à ces acteurs de conserver pleinement leurs identités.

Ces évolutions pour être harmonieuses doivent privilégier impérativement une concertation complète avec tous les acteurs concernés : élus, structures, salariés, & bénéficiaires.

Richard VALENTE

Le pouvoir fait-il faire n'importe quoi ?

lundi 29 juin 2009

La quête du pouvoir fait-elle toujours faire n'importe-quoi ? Je vous propose une façon originale de réfléchir à la question : un peu de théâtre ! Vous le savez sûrement, je préside la compagnie "Les Scènes de l'Oise" que j'ai fondée en 1999. Une aventure passionnante qui m' a permis de mettre en scène de nombreux spectacles, et de connaître à chaque fois le plaisir des planches et du contact avec le public.  Cette aventure humaine et théâtrale m'a également donné le plaisir de l'écriture !  Dans "Face à la mer", la pièce que j'ai écrite à l'occasion de la dixième saison des Scènes de l'Oise, je vous invite à découvrir les coulisses d'une campagne présidentielle ...  « Face à la mer », c'est un appel à la réflexion sur les dérives du pouvoir & de sa quête. Loin des caricatures faciles, et d'un tableau trop sombre ou trop naïf, la pièce retrace l'humanité fragile, les espoirs féériques, les idéaux, et les déceptions du possible. En mettant sur le devant de la scène des personnages très contemporains, le spectateur est invité à découvrir une intrigue politico-médiatique parfois drôle, tendre, cruelle et dramatique.
Rendez-vous donc Samedi 4 juillet à 20h30 à Monchy-St-Eloi pour le dernier rendez-vous de la saison de la compagnie "Les Scènes de l'Oise". 

Toutes les infos sur http://www.LSDO.net .

Richard VALENTE

Le PS connaît-il ses derniers jours ?

vendredi 19 juin 2009

Un choc de plus pour le Parti Socialiste, et la disparition de la deuxième force politique principale du pays est déjà annoncée !
La très claire défaite électorale du 7 juin nous oblige à faire preuve de pragmatisme. Non, la gauche n'est pas éteinte, et le rapport de force gauche / droite au lendemain des élections européennes est même plutôt très favorable à la gauche.
Oui, la gauche ne pourra pas se passer d'une prise de conscience réelle des attentes des Français. Et cette nouvelle étape souhaitée - pour se faire - devra permettre un sursaut démocratique encore plus important pour permettre aux Français d'être dotés d'un parti moderne. La modernité ? Voilà un terme qui pourrait ne vouloir rien dire si l'on ne décline pas les évolutions à imaginer ...  La modernité que je souhaite pour le parti socialiste de demain, c'est la naissance d'un parti en rupture totale avec des pratiques qui laisseraient penser que l'on retrouve toujours les mêmes personnalités au pouvoir. Lionel Jospin a permis la parité, il faut maintenant mettre sur le devant de la scène politique des citoyens encore plus représentatifs de notre société. Seuls un statut de l'élu, et des règles très strictes de non cumul de mandats permettront une évolution saine pour notre système démocratique.
En attendant ces dispositifs législatifs, je suis convaincu que le Parti Socialiste doit montrer l'exemple et proposer cette mutation immédiatement.
Le Parti socialiste ne pourra pas se renforcer s'il ne s'arme pas des débats et propositions essentiels que les Français attendent. Les conditions d'une telle démarche sont l'abandon des querelles de personnes pour privilégier la construction d'un projet. Le nouveau modèle démocratique qui est né du quinquennat, nécessite très certainement l'émergence urgente d'un leader qui mènera tous les citoyens attachés aux forces de progrès vers un projet présenté en 2012 au cours de l'élection présidentielle.

Richard VALENTE

Casse-toi l'Europe ?

samedi 23 mai 2009

Rarement une campagne électorale n'aura aussi peu suscité d'engouement. Le taux d'abstention risque d'être élevé, et c'est la démocratie qui s'en retrouvera affaiblie.
D'un côté, les médias se refusent d'aborder la thématique européenne, dans une période qui devrait nécessiter de l'explication et de l'information.
D'un autre côté, les partis politiques misent plutôt sur une campagne la plus courte possible. Les divergences d'opinions sur le terrain européen poussent les partis à préférer le silence aux querelles renouvelées.
Le 7 juin, il faudra pourtant choisir un dessein pour l'Europe. L'Europe est notre quotidien, et il nous appartient d'identifier quel type d'avenir nous choisissons pour notre société.
Le mode de scrutin des élections européennes ne permet pas aux citoyens d'appréhender avec intérêt ces élections. 
L'Europe doit aujourd'hui donner un visage plus humaniste et permettre aux dérives du capitalisme d'être contrées pour plus de justice et solidarité.
Le 7 juin, je choisirai bien-sûr le Parti socialiste pour défendre une vision plus démocratique et plus dynamique de l'Europe.

Richard VALENTE

Les députés sont-ils fainéants ?

samedi 18 avril 2009

Chers citoyens, attention ! Rien ne serait plus terrible que de laisser imaginer que les députés français ont pour caractéristique principale la fainéantise ... Voilà le genre de discours populiste qui n'aboutirait qu'à la montée en puissance des extrêmes. Notre pays - en période de crise - doit se battre plus que jamais pour défendre des valeurs humanistes.
Faudrait-il pour autant rester muet devant le spectacle peu glorieux qu'a offert l'Assemblée nationale lors du vote sur le projet de loi HADOPI (Création et internet)? L'absentéisme dans l'hémicycle n'est pas souhaitable, et doit être remédié. L'Assemblée Nationale doit être le lieu où la démocratie s'exerce pleinement, et non pas le lieu où des décisions se prennent en petit comité.
L'absentéisme du premier vote HADOPI aura au moins permis une chose : la mise en avant d'une loi liberticide et sans grand sens. La technologie internet du moment ne permet aucunement l'application du texte. Il y a donc urgence à trouver des solutions permettant le soutien des artistes, sans pour autant freiner l'élan des internautes en direction de l'Art sous toutes ses formes.

Richard VALENTE

Continental : quelle crise près de chez nous ?

jeudi 12 mars 2009

La fin programmée de Continental à Clairoix nous invite à toutes les mobilisations. Avec cette actualité locale, le capitalisme démontre de façon perverse ses limites et ses débordements.
Le "Travailler plus, pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy se transforme en "Travailler plus, pour perdre tout" !! 
Dans une situation de crise internationale, les 39 heures (ou pire : les 40 heures) se présentent comme un non-sens historique et économique.
Tantôt indifférents, tantôt larmoyants et hypocrites, le Gouvernement et certaines personnalités locales n'hésitent pas à faire preuve de cynisme dans une période qui devrait surtout nous laisser privilégier les sursauts d'humanisme ...
Jeudi 19 mars, aura lieu une grande manifestation sur Compiègne à 10h00, cours Guynemer. Ce sera l'occasion de dénoncer le plan de relance bien maladroit du Gouvernement, et soutenir les salariés de Continental et toutes les entreprises confrontées à la crise.

Richard VALENTE

Foudres sur le Vatican ?

dimanche 15 février 2009

A l'heure où les conflits israëlo-palestiniens s'intensifient, est-il rassurant de voir se durcir un peu plus les discours des représentants de la religion catholique ?
Certainement pas. L'heure est sans aucun doute à plus de modération, et les Français - à travers les enquêtes d'opinion - invitent largement à permettre l'émergence de discours beaucoup plus synonymes de tolérance, et sagesse. La défense de la Paix a ce prix.
L'annulation de l'excommunication de prêtres intégristes mérite d'être supprimée clairement et simplement.

Richard VALENTE

Nicolas Sarkozy est-il convaincant face à la crise ?

samedi 7 février 2009 

L'émission "Face à la crise" de cette dernière semaine devait permettre au Président de montrer qu'il avait compris le désarroi des Français face aux difficultés du moment ...
Ses propositions laissent réellement perplexes tant elles garantissent peu des répercutions radicalement positives.
Une fois de plus, les Français apprécieront le peu de considération réel du Président à leur égard ... Car soyons sérieux, qu'il s'agisse d'appels aux débats, ou de la suppression de la taxe professionnelle, il y a de quoi être désagréablement étonné.
S'agissant de la suppression de la taxe professionnelle, comment ne pas dénoncer l'approximation des déclarations du Président ! Les 8 milliards de manque à gagner déclarés s'avèrent être en réalité de 25 à 30 milliards d'euros. Comment laisser les collectivités locales au service des concitoyens sans ressources conséquentes ?  Quand on sait que les collectivités travaillent au quotidien au service des Français de façon très concrète, on peut clairement être choqué. Nicolas Sarkozy inventerait donc un nouvel impôt en terme de compensation ? On marche bel et bien sur la tête ...

Richard VALENTE

29 janvier 2009 : pourquoi ?

mardi 27 janvier 2009 

"Chers Concitoyens, ne manifestez pas dans la rue ! Faites preuve de responsabilité. Nous sommes en crise ..." Le discours est cousu de fil blanc ! Notre Président de la République et le Premier Ministre s'agiteront bientôt pour culpabiliser les Français, et oublier l'ampleur des injustices proposées pour remédier à la crise ... Ne pas proposer un plan de relance facilitant la consommation, l'investissement et la sauvegarde du tissu d'entreprises françaises est une très grave erreur. Les banquiers apprécient sans doute beaucoup. Les Français nettement moins.
Une période de crise - me semble-t-il - doit engendrer la mise en place de solutions d'envergures, multiples et équilibrées pour ne pas fragiliser toujours plus les citoyens.
La manifestation du 29 janvier a tout son sens, et je soutiendrai très activement ce sursaut citoyen. 
Rendez-vous donc le 29 janvier à 10h00 cours Guynemer à Compiègne.

Richard VALENTE

Joyeuses fêtes & Bonne année !

mardi 27 janvier 2009 

mercredi 24 décembre 2008

Je formule le souhait que les plus fragiles d'entre nous voient leur situation s'améliorer.

Joyeuses fêtes, et Bonne année !! 

Très sincèrement, 

Richard VALENTE
http://www.RichardValente.net
06.29.75.78.68

L'ORTF revient ?

mercredi 24 décembre 2008

Quand un pouvoir s'acharne à vouloir changer les médias, on peut s'interroger sur son attachement pour la Démocratie et la Liberté des médias.
L'évolution de France télévisions est pour le moins intrigante et inquiétante. Des débats insuffisants, des prises de décisions arbitraires, une absence de réelles garanties de moyens, des cadeaux évidents pour le privé et en particulier TF1 et M6 ... La liste de désarrois est impressionnante !
Et si on écoutait les professionnels ? Et si on écoutait les téléspectateurs ? Et si on écoutait les citoyens ?
La liberté de chacun passe par la mise à l'honneur d'un équilibre des pouvoirs. Nicolas Sarkozy ne se sera jamais autant inquiété de tous les contre-pouvoirs imaginables ... La Liberté fait pourtant partie de notre devise républicaine, Monsieur le Président ...

Richard VALENTE

L'UMP, c'est plus important que la crise ?

dimanche 14 décembre 2008

La crise est une actualité tellement importante que les ministres les principaux concernés semblent préférer des occupations politiques plus partisanes. Xavier Bertrand, au moment où le chômage connaît une recrudescence exceptionnellement dramatique, s'envole vers d'autres sphères ...
L'UMP est tellement démocratique, que les nominations des principaux responsables du parti de droite pleuvent du ciel de l'Elysée.
Dans une période si complexe, et difficile pour les Français, je trouve que le Gouvernement, l'Elysée, et l'UMP devraient se méfier d'une approche souvent bien trop cynique et égoïste.

Richard VALENTE

Le PS : star des médias ?

dimanche 23 novembre 2008

Les militants PS viennent de voter pour leur première secrétaire. Martine Aubry a donc gagné ces élections internes, et ce vote devrait être confirmé au cours des prochains jours.
La démocratie invite chacun à considérer qu'une élection est gagnée même lorsque l'écart entre chaque résultat est très faible.
En la circonstance, je crois qu'il est nécessaire d'être respectueux de cette règle de bon sens. Ces résultats serrés mettent la première secrétaire face à d'impérieuses nécessités de rassemblement.
Rien ne serait plus désastreux que de laisser les Français imaginer que les actualités du Parti Socialiste ne seraient que des luttes violentes pour le pouvoir.
Je fais confiance en Martine Aubry pour défendre une vision humaine du Parti Socialiste, et une priorité donnée aux idées et actions pour protéger les Français face à la crise.
L'attachement des médias aux difficultés du PS actuelles est très certainement révélateur de l'attente réelle des Français vis à vis du PS. Plus que jamais, l'opposition ne doit pas être affaiblie. Le PS de demain doit se rassembler, réfléchir, imaginer, et inventer la société humaniste, solidaire et juste du possible.

Richard VALENTE

La véritable modernisation du PS au lendemain du Congrès de Reims

lundi 17 novembre 2008

Le Congrès PS de Reims aura laissé dans un premier temps un drôle de spectacle. Les différences de sensibilités au Parti Socialiste n'auront jamais laissé un goût si particulier. L'impression était donné que l'impasse allait arriver de façon inévitable.
Il me semble que la position de Bertrand Delanoé consistant à appeler au soutien de la ligne proposée par Martine Aubry est à la fois courageuse, et la preuve d'un sens aigu des responsabilités. Cette volonté de ne pas contribuer à rendre la situation du PS plus confuse qu'elle ne l'est, fait plaisir à observer.
J'avoue éprouver un certain soulagement, et la vraie satisfaction de voir se rapprocher deux approches politiques qui ont su clairement se rejoindre sur l'essentiel : L'Europe, la crise, le dialogue social, l'écologie.
Ne nous méprenons-pas. Les Français ne sont pas dupes. Ils savent aussi dénoncer toute forme de politique-spectacle, toute référence trop importante à la religion,  tout appel artificiel à la modernité, tout infantilisme déplacé, toute accointance indigeste aux politiques insipides faussement pondérées qui ne favoriserait que les extrêmes.
Le Parti Socialiste mérite  de se retrousser les manches pour préparer l'alternance avec tous les socialistes.
Vous connaissez certainement mon attachement aux grandes réformes du gouvernement de Lionel Jospin entre 97 et 2002 : les 35 heures, la parité, la CMU, le PACS, les emploi-jeunes, la CMU.
Martine Aubry, en s'impliquant de façon active dans beaucoup de ces grands projets a su prouver qu'elle pouvait incarner le changement et le progrès social avec efficacité.
Au moment où les Français ont plus que jamais besoin d'une vision réformatrice de la société, je soutiens avec force cet espoir d'une vision qui privilégiera le travail collectif pour s'opposer avec vigueur et intelligence à la politique si souvent injuste du Président Nicolas Sarkozy.

Richard VALENTE

Retraite à 70 ans : qui dit pire ?

samedi 15 novembre 2008

Vous attendiez un débat sur le financement de la retraite ? Voilà un amendement "surprise" au projet de loi de financement de la Sécurité sociale.
Comment - au sujet d'un enjeu si crucial pour chaque Français - les Députés UMP osent-ils changer  sans aucune concertation, aucun débat soutenu, aucun dialogue poussé avec les citoyens la vie quotidienne de chacun.
Ce genre de pratiques politiques est à la fois condamnable et particulièrement hors du temps. 

Richard VALENTE

Congrès de Reims : pour quoi faire ?

samedi 15 novembre 2008

Le Parti Socialiste vit actuellement une période importante de  débat démocratique. La crise internationale, la politique libérale maladroite de Nicolas Sarkozy rendent ce rendez-vous encore plus important.
Les résultats des élections de motions du 6 novembre laissent un trouble qui pourra être suivi de clarté si les socialistes privilégient le rassemblement au cours des jours qui viennent.
Ce rassemblement ne pourra se faire que dans la clarté. Le PS ne pourrait se satisfaire de l'acceptation d'alliances avec des partenaires mettant sur le même plan la droite et la gauche. Le modem n'est pas un parti de gauche et ne l'a jamais été, et sa politique défendue ne répond aucunement aux aspirations des Français attachés au progrès social et l'humanisme moderne.

Richard VALENTE

PS, pourquoi "Clarté, courage, créativité" ?

dimanche 2 novembre 2008

Les Français sont confrontés certainement aux attaques les plus rudes qui aient existé depuis le retour de la Droite au pouvoir.

Face à une telle actualité, le Parti Socialiste ne pourra pas se passer d'un projet, d'une méthode et d'une direction qui tienne la route.

Les réflexions sur l'avenir ne doivent pas occulter les réussites du passé. Le PS, c'est aussi une histoire à assumer sans complexe et avec fierté : l'abolition de la peine de mort, la décentralisation, le RMI, la CSG, la CMU, les 35h, la parité, le PACS ... sont autant de réformes qui méritent de ne pas être oubliées.

La motion "Clarté, courage, créativité" se fixe comme principales priorités le progrès, l'écologie, l'Europe et la préparation d'une alternance.

Pour retrouver la victoire des idées de progrès, il faut s'opposer avec force et être audible.

Face à la crise, jamais les idées de gauche n'ont autant semblé incarner la juste voie d'une société plus juste, et plus humaine.

I - Nos valeurs doivent plus que jamais : 

1) Promouvoir un nouveau modèle de développement qui concilie écologie, croissance et justice sociale. Un modèle fondé sur l'innovation, la recherche, la formation, qui sont la clé de la croissance et de l'emploi pour la France de demain, mais aussi sur le développement durable. Le progrès et l'écologie doivent être liés irrémédiablement. Cet impératif est d'autant plus essentiel que ce sont toujours les plus vulnérables qui subissent le plus durement la dégradation environnementale. 

2) Réaffirmer le rôle de la puissance publique dans toutes ses dimensions, y compris les collectivités locales, pour imposer des régulations, de la redistribution et du service public.

Lutter contre toutes nouvelles formes d'inégalités et de discriminations. Inventer de nouvelles politiques sociales, de nouveaux services publics, plus efficaces au service de l'égalité réelle.

3) Bâtir un Etat social prévoyant, plus "anticipateur", qui investit, par exemple, dans la formation tout au long de la vie. 

Nous devons également bâtir un nouveau contrat social en renforçant les droits des salariés dans l'entreprise avec, par exemple, le droit à la représentation dans les conseils d'administration face au pouvoir des actionnaires, ou encore en conditionnant les aides aux entreprises à la signature d'accord sur les salaires.

4) Réaffirmer pleinement notre engagement européen au moment où la présidence française de l'Union Européenne est accablante d'inefficacité.

Nous devons agir pour une réorientation des politiques européennes, autour de projets concrets pour promouvoir la croissance, la recherche, le développement durable, pour une communauté européenne de l'énergie, pour renforcer le modèle social européen - avec une clause de sauvegarde sociale et une directive pour les services publics - car c'est ainsi que l'on réconciliera les peuples avec l'Europe. Et que l'on pourra faire avancer l'Europe politique.

Nous devons construire une Europe qui se bat pour la régulation de la mondialisation, pour le contrôle des marchés financiers, la suppression des paradis fiscaux, l'intégration de normes sociales et écologiques dans les règles de l'OMC.

II - La clarté est une force qui peut renforcer le Parti Socialiste.

Le PS doit être fort, et s'appuyer de façon plus importante sur les syndicats, et  les associations. Le PS doit faire en sorte que les militants aient le premier et le dernier mot. Les militants doivent en toutes circonstances être respectés, et aucun socialiste ne doit se sentir au dessus de la décision des militants. 

Très rapidement, nous pouvons préparer notre projet, en proposant des conventions  thématiques sur sept grands thèmes, comme l'Europe, les services publics, l'égalité réelle. Ces conventions doivent être décentralisées. Et le vote des militants doit permettre de trancher les positions du PS sur chaque thématique.  

Un parti de supporters n'a pas de sens. Un parti de militants, oui. Le PS doit pouvoir faire vivre chaque instance, à tous les niveaux, sur la base de l'engagement réel dans le travail et de la parité effective de toutes les instances. 

III - Les stratégies d'alliances du PS doivent être claires.

Le parti socialiste doit être solidement ancré à gauche pour agir et gouverner à gauche avec ceux qui sont prêt à assumer des responsabilités ensemble pour réaliser les changements nécessaires à notre société.

Le MODEM ne peut pas être un partenaire alors qu'il se prétend et de droite et de gauche et que son programme économique et social est tout simplement de droite.


En conclusion,  les débats du PS doivent permettre de dégager une majorité claire et forte, cohérente et unie qui rassemble ensuite tous les socialistes pour mettre en œuvre l'orientation choisie. 

C'est bien une orientation qu'il s'agit de choisir, pas une combinaison

En débattant sur le fond, en nous rassemblant sur des choix clairs et cohérents, nous pouvons redonner un espoiraux Français et préparer dès maintenant les conditions d'une victoire de la gauche en 2012.

Richard VALENTE

Affaire Bertrand, une affaire d'Etat ?

samedi 25 octobre 2008

Des rumeurs, et informations nauséabondes consignées dans un carnet à scandales nous invitent à l'écoeurement le plus total. Lorsqu'on apprend qu'un chef des Renseignements Généraux se livre à des pratiques indignes d'une démocratie, c'est une affaire d'Etat qui est mise en lumière.
Quand une quête du pouvoir se transforme en sombres réflexes générés par la haine, il est grand temps d'espérer une vie politique où l'humanisme a toute sa place ...

Richard VALENTE

Doit-on supprimer le Service Public de l'Emploi des Jeunes ?

dimanche 19 octobre 2008

Les missions locales existent depuis 1982 et accueillent,  informent, orientent, et accompagnent les jeunes âgés de 16 à 25 ans sortis du système scolaire. Leurs missions sont de contribuer à la réussite des projets professionnels de la jeunesse. Pour faciliter la pertinence des solutions proposées au public, les missions locales s'appuient sur une approche globale tenant compte de l'ensemble des éléments permettant l'élaboration d'un parcours réussi. Aussi, l'orientation, la formation, l'emploi, la santé, le logement, la citoyenneté, le sport, les loisirs ou la culture sont autant de thématiques pouvant être abordées en mission locale.
Les missions locales s'appuient également sur les réalités sociales et économiques de leurs lieux d'implantation. Parties intégrantes du Service Public de l'Emploi, les missions locales sont financées principalement par l'Etat, les Collectivités locales, et les régions.

Depuis 2005, se sont créées sur le territoire français des maisons de l'emploi visant à proposer au public de demandeurs d'emploi (tous âges confondus) un guichet unique facilitant la lisibilité des services proposés par les acteurs des politiques d'emploi. Ces guichets ont vocation à regrouper notamment dans un même lieu l'ANPE,  l'ASSEDIC, la mission locale.
En Picardie, sur le terrain de la formation,  la région a décidé de s'investir dans cette démarche d'amélioration de de la lisibilité des services en direction des demandeurs d'emploi. Les maisons de l'emploi s'intitulent donc MEF (maisons de l'emploi et de la formation).

Pour être réellement efficace, une MEF doit regrouper tous les acteurs de l'emploi et de la formation.
Elle doit aussi non pas fusionner les acteurs, mais impérativement respecter l'identité de chaque partenaire, surtout lorsque les missions de ces partenaires sont reconnues comme essentielles pour la prise en considération justes et nécessaires des publics les plus fragilisés.
Toute fusion amène forcément une économie de moyens néfaste pour le public concerné. 
L'Etat aurait-il donc décidé de dire "adieu" aux missions locales ?? Une idée terrible est arrivée : supprimer la Mission Locale de la Vallée de l'Oise à Creil, et la fusionner avec d'autres entités de l'insertion professionnelle comme le PLIE.
Soyons sérieux ! Comment oser supprimer d'un revers de main un outil indispensable pour la jeunesse, et l'avenir du territoire !!??

Richard VALENTE

Le leader populiste autrichien Jörg Haïder est mort. Quelles réactions ?

samedi 11 octobre 2008

Le leader populiste Jörg Haïder est mort. On ne peut que déplorer le décès d'un être humain, et penser à la tristesse des proches de celui-ci. Peut-on pour autant oublier le parcours pour le moins particulier d'un personnage attaché aux idées les plus extrêmes, et ayant même flirté chaleureusement avec les idées néo-fascistes ?
Pour cette raison, je trouve véritablement choquants les propos tenus par le Président de la République autrichienne et beaucoup d'hommes et femmes politiques de la classe politique autrichienne. "Un homme d'exception", "un homme politique de grand talent", "un homme politique extrêmement doué" ???  L'abus de langue de bois rend certains propos bien nauséabonds ...

Richard VALENTE

Un temps sans culture ?

samedi 4 octobre 2008

Les années Malraux & Lang  nous avaient laissé imaginer que la culture faisait partie irrémédiablement de notre vie quotidienne. Vous aviez même peut-être imaginé qu'il ne s'agissait plus d'un combat, que l'évidence de l'importance de la culture dans notre pays était irrémédiable ...
Et bien, non ! La réalité  n'est pas si joyeuse. Chaque jour, la culture transforme ses défenseurs en guerriers de tous les instants.
Président de l'association "Les Scènes de l'Oise", j'ai pu récemment être confronté à ces vicissitudes ...  "Les Scènes de l'Oise" est la compagnie théâtrale d'Antheuil-Portes, et fêtera ses 10 ans en mai 2009. Du jour au lendemain, la municipalité d'accueil de la compagnie a décidé de ne plus laisser utiliser la salle de répétition mise à disposition jusqu'à présent.
Cette décision ne serait pas gênante si les conséquences de cette annonce n'étaient pas attristantes. En ne soutenant plus de façon vigoureuse, une compagnie de théâtre dynamique au bilan très positif, et composée de défenseurs d'une culture accessible et de qualité, c'est la vivacité même d'un village dans son ensemble qui est amoindrie. C'est aussi l'action culturelle qui se voit fragilisée.
Dans une société moderne et digne du XXIème siècle, toute fragilisation de l'action culturelle - quelqu'elle soit - devrait être bannie. J'invite chacun à ne pas oublier les bienfaits de l'action culturelle , et à éviter toute lâcheté qui consisterait à faire comme si rien ne se passait. Il me semble que nos élus attachés à la culture doivent s'armer du courage que la politique nécessite : à savoir, la défense implacable de la culture, et l'apport de solutions concrètes facilitant l'essor des forces vives de notre département. 
Vous pouvez apporter votre soutien à la compagnie "Les Scènes de l'Oise" en envoyant un message de sympathie sur www.LSDO.net.

Richard VALENTE

La crise explique-t-elle tout ?

dimanche 28 septembre 2008 

La situation économique internationale est grave. Elle nécessite que la classe politique dans son ensemble fasse preuve de responsabilité, et mette de côté des querelles inutiles.
Je pense que ce sens de la responsabilité nécessaire, doit aussi inviter chaque homme politique à éviter les caricatures, et tout catastrophisme néfaste. Le Président de la République - en expliquant aujourd'hui que sa politique économique ne réussit pas en raison des événements internationaux - est certes habile. Cette présentation n'en est pas pour autant moins malhonnête, et déplacée. Les 15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus favorisés devront-ils être redistribués par les moins favorisés ?? Soyons réaliste, tout le laisse penser, et l'injustice est criante.

Richard VALENTE

Faut-il faire taire le PS ?

dimanche 28 septembre 2008 

A en croire certains, le Parti Socialiste serait tantôt trop bavard, tantôt trop absent ? ...
En s'intéressant de près aux prises de position du Parti Socialiste, on se rendra compte facilement qu'il existe une opposition en France.
Je ne crois pas qu'il soit juste de décrier autant les débats du PS. Le Parti Socialiste est un parti démocratique qui réfléchit, débat, propose, pour imaginer une société différente et plus juste, et plus solidaire. Cette phase parfois pénible n'en est pas moins nécessaire pour permettre une nouvelle espérance des Français, et une alternative crédible dans les années à venir.
Ma réflexion m'a conduit à choisir de soutenir très franchement la démarche de Bertrand Delanoé et de la motion "Clarté, courage, créativité".
Ce soutien, je l'accorde parce que le Parti Socialiste mérite une ligne politique claire, compréhensible, cohérente et sincère.

Richard VALENTE

Philippe Marini met-il le chantier ?

dimanche 14 septembre 2008 

Les dossiers de la rentrée sont-ils trop lourds pour Monsieur le Sénateur-Maire ?
Les ambitions parisiennes sénatoriales de Philippe Marini lui retireraient-elles la nécessaire finesse d'analyse de la situation de Compiègne et des Compiégnois ? Sur de nombreux dossiers locaux, les maladresses s'accumulent, avec le risque de répercutions à venir néfastes pour la ville.

L'Ecole d'Etat Major s'apprête à disparaître, et les propositions du Sénateur-Maire sont bien vagues et n'apportent aucune réponse aux problématiques d'hier et de demain. Le centre-ville s'atrophie; tout le monde s'accorde à le dire. Et une telle surface aménageable doit forcément contribuer à la dynamisation du centre-ville. Aucune de ces préoccupations n'est prise en compte.Les espérances de Compiègne, ville universitaire par excellence, sont louables, intéressantes, mais certainement pas en lieu et place de l'Ecole d'Etat Major. D'autres endroits sont tout à fait possibles.
Le chantier de la "future ancienne" Ecole d'Etat Major ne doit pas occulter les répercutions économiques de cette disparition.

La revue municipale "Compiègne, notre ville"""devait -semble-t-il - absolument changer pour le Sénateur-Maire. Une priorité qu'apprécieront les Compiégnois. Le mini-guide central est - convenons-en - utile. Mais soyons sérieux : A la lecture du "nouveau" "Compiègne, notre ville", on a du mal à constater un vrai dépoussiérage. 16 pages. Et nouveautés déplacées : 5 pages complètes de publicités qui rendent la lecture du journal peu agréable. Sans supprimer, une publicité qui aide au financement de la communication municipale, un peu de bon goût, Monsieur le Sénateur-Maire, et notre revue locale s'améliorera en clarté !!

Il faut se féliciter qu'enfin, les Compiégnois peuvent espérer quelques soulagements s'agissant de la garde des enfants. Proposer de nouvelles places possibles en crèche était bien la moindre des choses pour rattraper le terrible retard pris au cours des dernières années. Cet effort doit aussi s'effectuer sous le signe de la justice et de la solidarité. Dommage que la municipalité n'ait pas donné l'exemple en proposant une nouvelle tarification dans les cantines scolaires qui pèse beaucoup sur le pouvoir d'achat des familles.

Le Mémorial de la déportation et de l'internement ne connaît pas le succès, et c'est inacceptable. Il appartient à la municipalité de proposer une politique culturelle dynamique, et digne de ce qu'impose un tel musée. Il en est de même pour nos scènes de spectacles. Il s'agit impérativement de soutenir le dynamisme, mais aussi d'accroître encore l'amour des Compiégnois pour la Culture, la curiosité, et la découverte. Les passerelles entre scènes et spectateurs méritent d'être renforcées.

Les chantiers municipaux méritent une gestion rigoureuse.  Les Compiégnois en période de rentrée continuent à connaître les difficultés de circulation dues aux travaux de la rue des Domeliers. Beaucoup de citoyens préféreraient d'autres tracas, ... de ces tracas que l'on a, pendant de grands chantiers audacieux et mobilisateurs pour tous. Voilà donc la faille ... Monsieur le Sénateur-Maire, notre cité impériale mérite cette grandeur.

La ville dort mal, et le Sénateur-Maire ne semble pas s'y intéresser outre mesure ... La délinquance des marginaux, des plus fragiles, des SDF ne peut pas nous laisser indifférents. La Police Municipale, la Police Nationale et les médiateurs doivent multiplier leurs énergies pour résoudre les difficultés des êtres,  empêcher, et punir les actes de délinquance. La tâche est rude, mais indispensable au nom de la dignité humaine.

Les chantiers de la municipalité sont nombreux et méritent non pas la précipitation mais la mise en place d'actions sur le long terme sous le signe de la modernité, de la solidarité, et du sérieux.

Richard VALENTE

Edvige : vivent les fiches ?!

lundi 8 septembre 2008

On avait oublié les caricatures souvent exagérées de Nicolas Sarkozy, destructeur des libertés individuelles. Le décret "Edvige" nous montre une des faces les plus  sombres du Président de la République actuel ... 
En autorisant le fichage de responsables divers et variés, élus militants, ou religieux, qui jouent un rôle « significatif », une dérive effrayante s'annonce. La cible est choquante. Les éléments enregistrés le sont tout autant. Demain, la santé, la sexualité des individus pourront être épiées, et considérées comme des éléments susceptibles d'aider à maintenir la sécurité de l'Etat !
Je vous invite, toutes et tous à vous mobiliser contre cette dérive qui porte clairement atteinte aux fondements de notre Démocratie et de notre République.

Richard VALENTE

Tiens, ... le RSA !

samedi 30 août 2008

La fin du RSA était presque programmée. Un financement injuste avait été imaginé. Et finalement, le RSA sera financé au grand damne des plus conservateurs. On ne peut que se féliciter de cette mesure. Il ne faudrait pas pour autant oublier de dénoncer le cynisme de Nicolas Sarkozy, lorsqu'il mise éperdument sur un malaise de la gauche face à cette abandon de promesse électorale.
Cher Président, ne regrettez pas trop votre geste !! Le milliard de financement débloqué pour les plus fragiles est un "cadeau" bien tardif et léger, comparé aux 15 milliards de cadeaux fiscaux pour les plus riches du début de mandat.

Richard VALENTE

François Fillon invente-t-il le savoir-ne-rien-faire ?

jeudi 21 août 2008

La rentrée inquiète forcément les Français à l'heure où notre pouvoir d'achat n'est pas au beau fixe. On aurait pu imaginer un François Fillon volontaire, et prêt à se battre pour une économie française dynamique ... Il n'en est rien. Pas de relance : François Fillon organise une réunion de ses principaux ministres pour dire qu'il ne fera rien, et qu'ils ne feront rien. Belle conception de la politique, et belle attention pour les Français ... Le savoir-ne-rien-faire est inventé. 
Plus les mois passent, et plus le "paquet fiscal" confirme son inefficacité et son injustice. Il serait sage de le supprimer. Tout comme il serait sage de s'inspirer de nos voisins européens en proposant une relance de l'économie et en favorisant la consommation des Français. 
Et puis, au moment où l'économie mondiale est malmenée, de grandes initiatives européennes sont plus que jamais nécessaires.

Richard VALENTE

Y-a-t-il une trêve estivale ?

samedi 9 août 2008

Juillettiste depuis de nombreuses années, ma pause estivale vient de se terminer. J'ai laissé de côté la Bretagne que j'adore pour revenir au sources familiales : l'Italie. 15 jours exceptionnels entre mer, montagne, Italie pittoresque, vestiges grandioses,  légendes et nature impressionnantes, mais aussi retour aux racines à San Gennaro village de montagne à 930 mètres d'altitude ou encore à Pompéi !
Me voici donc parmi vous au soleil de France et de Picardie ... Et confidence pour confidence : l'actualité franco-française, picarde et compiégnoise ne m'a pas manqué !
Au fil des semaines, Nicolas Sarkozy accumule les indécences, et met à mal la grandeur d'un pays qui ne mérite qu'une seule chose : une politique urgente et juste de croissance.
Cette multiplication des maladresses présidentielles et gouvernementales m'invite à  attendre de manière imminente de la part de chaque homme et femme politique de tout horizon du courage, du courage et encore du courage !! La politique ne vaut que par l'action et la lutte contre toutes les injustices.

Richard VALENTE

Les nouvelles prises du pouvoir de Nicolas Sarkozy

vendredi 27 juin 2008 

Inacceptables ... Les velléités du Président Sarkozy pour contrôler le choix de la présidence de France télévisions signent la continuité de dérives anti-démocratiques qu'il est vital de condamner.
Tranquillement, sûrement, et ... impatiemment, Nicolas Sarkozy prouve qu'il ne supporte pas les contre-pouvoirs. La volonté du Président de tout faire, et tout maîtriser fragilise clairement notre système républicain.
Nous devons absolument passer de la vigilance la plus absolue, au refus impitoyable de tels autoritarismes.

Richard VALENTE

Le pouvoir d'achat des compiégnois intéresse-t-il Philippe Marini ?

dimanche 22 juin 2008

En augmentant de façon spectaculaire les tarifs de cantine scolaire, Philippe Marini se moque éperdument du pouvoir d'achat des compiégnois.
Comment à l'heure où tous les citoyens, - et compiégnois y compris - se serrent  chaque jour un peu plus la ceinture, Philippe Marini ose-t-il répondre à des difficultés logistiques (le manque de places des cantines compiégnoises) en augmentant les tarifs d'accès à ce service publique ?
Le rôle des élus locaux est de faire preuve de solidarité. Ils doivent aussi imaginer des solutions permettant une meilleure prise en compte des évolutions démographiques de la ville. Cette absence d'anticipation dans le traitement d'un dossier crucial pour une municipalité est une attitude qui ne va pas dans le sens du devoir de sens des responsabilités attendu par les citoyens vis-à-vis des représentants politiques de leur ville.

Richard VALENTE

Quelles cultures en actes ?

dimanche 8 juin 2008

Au terme d'une saison théâtrale dynamique avec "Les Scènes de l'Oise", et d'une série de spectacles qui m'ont beaucoup mobilisé ces dernières semaines, une anecdote m'a marqué. Je ne peux m'empêcher de vous la livrer ...

C'était samedi 24 mai, pendant les préparatifs du spectacle "Canal Do, la télé qui ne manque pas d'air!" à Antheuil-Portes. Le village pouvait s'enorgueillir d'un moment festif hors du commun, et quelques enfants se sont approché de la salle municipale pour satisfaire leur curiosité pendant les préparatifs. Quelques heures après, la maman des enfants a voulu en savoir plus sur cet événement. "Combien ça coûte ?" a fait partie de ses préoccupations, et je lui ai indiquée que la compagnie offrait la gratuité des entrées pour les habitants du village. Toute la petite famille est venue et a vécu ses premiers émois théâtraux. Sages, avec un émerveillement presque solennel et exponentiel, la maman et ses 4  enfants ont voulu nous dire qu'ils avaient trouvé ce moment "magnifique".
Au milieu des fidèles spectateurs, des érudits, des amis, et des familles des comédiens, la culture s'est enrichie de sa vocation universelle.
Quand la culture est généreuse, c'est l'être humain qui grandit, et le citoyen qui s'anoblit.
La compagnie "Les Scènes de l'Oise" a également participé au Festival "L'Oise au théâtre" 2008, une aventure à la fois  originale et féérique (dans le Parc Jean-Jacques Rousseau d'Ermenonville) qui mérite d'être plébiscitée.
Encourageons sans cesse la démocratisation de toutes les cultures !

Richard VALENTE

Compiègne gagnante !

Pour rendre Compiègne gagnante, votre avis a du sens !

Tous les articles ...

Archives​​​​​